Comparer, pour quoi faire ? Enseigner la Littérature Générale et Comparée en Licence (face à un public multiculturel)

Comparer, pour quoi faire ? Enseigner la Littérature Générale et Comparée en Licence (face à un public multiculturel)

  • mCatégorieA DISTANCE
  • PublicDoctorants littéraires
  • Durée2 jours
  • Inscription

Lorsque l’on intègre une Ecole Doctorale et qu’on est allocataire moniteur ou vacataire, les obstacles auxquels il faut faire face sont multiples : il s’agit de s’adapter à un nouveau milieu professionnel, de reconsidérer la gestion de son temps de travail et, bien évidemment, de s’habituer à être « de l’autre côté de la table ». Prendre en charge l’organisation d’un cours peut s’avérer à la fois beau et intimidant. Quand c’est la première fois qu’on nous confie une telle responsabilité, les difficultés relèvent d’abord de l’interaction avec l’auditoire, ensuite des modalités par lesquelles l’on choisit d’aborder une discipline qui n’est pas forcément familière aux étudiants de Licence. Il en va ainsi de la Littérature Générale et Comparée. Marquée par une forte composante interdisciplinaire, avant d’être enseignée celle-ci nécessite souvent qu’on l’introduise et, le cas échéant, qu’on en donne une définition aussi claire et inclusive que possible. Or, pour ce faire il est indispensable, d’une part, d’acquérir un certain nombre d’outils pédagogiques aptes à faciliter le suivi d’une telle démarche, d’autre part, d’échanger avec celles et ceux qui en ont déjà fait l’expérience au sein de contextes académiques similaires. C’est justement ce à quoi vise cette formation qui, sur une durée de deux jours, se propose dans un premier temps d’analyser les approches comparatistes favorisées par les chercheurs des universités françaises, ensuite de mettre la théorie à l’épreuve des faits par le biais de jeux de rôles et de « mises en situations » pensés en fonction des participants.

Contenu

Jour 1

Matin : accueil et présentation des participants ; traversée des textes choisis par les formateurs en tant que point de départ en vue d’une discussion collective. (Les documents seront tirés, entre autres, des actes et des contributions annuels de la SFLGC – Société Française de Littérature Générale et Comparée.)

Après-midi : simulations d’un premier cours ; conseils pratiques concernant la rédaction du syllabus à distribuer aux étudiants au début du semestre ; conseils pratiques concernant la constitution d’une bibliographie orientative permettant de mieux apprivoiser la discipline.

Jour 2

Matin : réflexion autour des propositions de syllabus rédigées par les participants suite à la première rencontre ; une fois établis les objectifs d’un cours (ou d’un TD) de Littérature Générale et Comparée, échanges sur les possibles modalités d’évaluation (questions de synthèse, commentaire composé, dissertation, exposés…).

Après-midi : workshop ayant pour but de répondre aux questions suivantes : « comment enseigner un corpus constitué de textes issus de traditions culturelles distinctes ? », « comment enseigner des textes littéraires en traduction ? », « comment gérer la présence d’étudiants dont la langue maternelle n’est pas forcément le français ? »

Responsable de la formation : Guido Furci (MCF Littérature Générale et Comparée)

Autres Intervenants : Marion Duvernois (Formatrice FLE, Ecole Suisse Internationale)

Présentations des formateurs :

Guido Furci a fait ses études à l’Université de Sienne et à l’Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle. Il a également été élève de la Sélection Internationale à l’École Normale Supérieure de Paris (section Lettres et Sciences Humaines), Visiting Scholar au département de littérature française de l’Université de Genève et Teaching Assistant / Postdoctoral Research Fellow à la Johns Hopkins University de Baltimore et à l’Université de Durham (UK). Ancien boursier de la FMS (Fondation pour la Mémoire de la Shoah), il est actuellement Maitre de Conférences en Littérature Générale et Comparée à Paris 3.

Marion Duvernois a fait ses études à l’Université de Genève et à l’Université Paris 3, Sorbonne Nouvelle. Spécialiste de FLE (Français Langue Etrangère) et de didactique des langues, elle a travaillé en tant que formatrice à l’Ecole Normale Supérieure de Paris (dans le cadre du projet « Un été à l’ENS – Campus Européen »), à l’association culturelle « La Voie de la Lune » (Paris, 19e) et à la Johns Hopkins University de Baltimore (où elle a animé des workshops consacrés à la notion d’exophonie et de bilinguisme). Actuellement, elle enseigne à l’Ecole Suisse Libre Internationale de Français Appliqué (sièges de Paris et Dijon).

Guido Furci et Marion Duvernois ont coécrit plusieurs articles dans le domaine de la Littérature Générale et Comparée. Parmi leurs publications les plus importantes, un livre publié en 2012 : Figures de l’exil, géographies du double. Notes sur Agota Kristof et Stephen Vizinczey (Ed. Giulio Perrone). Par ailleurs, ils ont animé un atelier sur la pédagogie de la discipline au sein du département de German and Romance Languages and Literatures de l’Université Johns Hopkins de Baltimore (et dans le cadre des formations proposées par le CFDip entre 2015 et 2018).

  • Email : guido.furci@sorbonne-nouvelle.fr / marion.duvernois@gmail.com
  • Dates prévisionnelles : session 1 : le 28 et 29 janvier 2021 de 9h à 16h30; session 2 : le 18 et 19 mars 2021
  • Lieu : FORMATION A DISTANCE – Les modalités de connexion vous seront communiquées par les formateurs ultérieurement.
  • Durée de la formation : 2 jours
  • Nombre de jours validés par le Département de formation des doctorants : 2 jours

  • Pré-requis : Aucun pré-requis spécifique n’est demandé aux participants. En revanche, lors de la première rencontre il est souhaitable que tout le monde arrive en ayant lu attentivement le descriptif de la formation.
  • Public visé : Doctorant.e.s en lettres
  • Effectif : 15